Par Simon Tanguay 
Entre la valse des étoiles
Et les marées froides
Déterre de flots de nos conversations échouées
Après les chaleurs de Juillet, après le mal de mer
Ouvre ta fenêtre, et entend le vent chanter
« J’ai tant souffert, laisse-moi entrer. »
Nomade du cœur, portes en toi l’exil.
Suit l’appel de l’océan
Laisse les vagues te mener
En toi, un cri salin
Le désir de tout laisser couler
Peler les brûlures de l’été
Hors du brasier
Nos âmes se retrouveront
Et dans les mers glacées de l’automne
Nous danserons

Partager :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur email
Email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

6 − trois =