Par Léonie Lussier
L’une des plus grandes puissances mondiales de notre temps est les États-Unis. Cette jeune nation autrefois sous occupation britannique est une fervente défenseuse de la liberté. Pour comprendre les valeurs qui guident ce pays d’Amérique du Nord, il faut retourner au commencement avec les 13 colonies et leurs libérations de la Couronne britannique avec la guerre de l’Indépendance des
États-Unis d’Amérique.
 
En 1492, Christophe Colomb découvre l’Amérique. Les grandes puissances de l’Europe commencent à prendre possession du vaste territoire et à y installer des colonies. La Grande-Bretagne y installe une colonie qui devient plus tard les 13 colonies. Dans celles-ci comportent entre autres les états de New York, de Virginie et de Géorgie. Pendant près de 150 ans, les colonies britanniques prospèrent en fondant une économie solide basée sur l’agriculture dans le sud et le commerce dans le nord. Le sentiment d’appartenance à la Couronne britannique se dissipe avec le temps et les colonies commencent à avoir leur propre identité.
 
Au milieu du 18e siècle, la Grande-Bretagne s’engage dans un conflit contre plusieurs autres puissances européennes qui dure sept ans. La guerre de Sept Ans coute très cher à la Couronne qui taxe ses colonies pour rembourser ses dettes. Au même moment, les idées libérales des Lumières font leur chemin vers l’Amérique et influencent les hommes importants des colonies. Les idées des droits de l’homme et de liberté deviennent vite populaires dans le nord et le sud suit peu de temps après. De plus, au parlement britannique les 13 colonies ne sont pas représentées. Les intérêts des coloniaux importent peu à la Couronne.
 
 
Les gens commencent peu à peu à protester. Ils utilisent un slogan très connu aujourd’hui : « No taxation without representation ». Le thé, le sucre ou encore le vin sont des produits très taxés que les colonies consomment beaucoup. Les frustrations accumulées durant les années éclatent le 16 décembre 1773. Une organisation de partisan de la liberté les « sons of liberty » se déguisent en Amérindiens et attaquent une cargaison de thé au port de Boston. 342 caisses de thé sont détruites et la compagnie britannique qui a importé le thé a des pertes d’environ £10 000. À la suite du « Boston tea party », la Couronne met en place des lois très sévères que les colonies rebâtissent les « lois intolérables ». L’Acte de Québec (1774) en fait partie, considérant que c’est une manœuvre faite contre les colonies. Le 4 juillet 1776, la Déclaration d’indépendance écrite par Thomas Jefferson à la demande du Congrès continental, un gouvernement créé par les rebelles américains, est publiée.
 
La Révolution américaine commence.

Partager :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur email
Email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *